Blues du médecin remplaçant

3 décembre 2010

J’en ai marre de "remplacer". C’était sympa jusque là :: on bosse 2 ou 3  jours par semaine, ça laisse le temps pour organiser sa vie, trouver une femme, un appartement, on peut rajouter une formation (un petit DIU de médecine manuelle par exemple ça fait pas de mal), on peut partir en vacances hors saison à peu près quand on veut, on gagne "relativement "bien sa vie;  bref la belle, vie… Sauf que là j’en ai plus que marre :

- de remplacer des médecins véreux qui mettent "ancien externe des hôpitaux de paris" sur leur ordonnance pour épater la galerie, sauf que c’est comme "ancien écolier de CM2", ça ne veut rien dire (mais pour certains patients peut-être que ça impressionne). (le même médecin pigeonne les patients avec le tiers payant cf. plus bas),

- de remplacer des médecins "gentils" dont les patients arrivent avec leur liste de courses genre on est bien obligé d’avoir une ordonnance (et pourquoi j’ai fait 10 ans de médecine je sais pas),

- de remplacer des médecins qui font payer 15,4 euros à la sécu et… 10€ au patient (merci pour le respect de la convention avec la Sécu),

- de remplacer des médecins qui font de la liposuccion dans la pièce d’à côté pendant que je remplis une ordonnance (cf. plus haut),

- de devoir expliquer que bordel le nez qui coule c’est un rhume et quand on tousse en hiver c’est une bronchite et qu’il NE faut PAS aller voir le docteur pour ça, et prenez du paracetamol et RIEN D’AUTRE, (tout ça parce que ça fait 30 ans qu’on fait peur aux gens avec la "surinfection" et qu’on leur vend des produits placebo plutôt que de leur expliquer de trucs simple comme "la fièvre c’est pas grave même 39° c’est PAS PLUS GRAVE que 38° c’est JUSTE UN SYMPTOME")

- d’entendre "ah mais ça me dérange pas du tout que ça soit vous, … vous savez faire les vaccins ?" ou "c’est urgent…bon… le docteur il est pas là ? je reviendrai lundi".

- de  m’occuper d’un patient sans avoir d’information sur son devenir par la suite (enfin ça je pourrais obtenir si je trouvais un médecin à remplacer plus que 6 mois)

- marre aussi de devoir réclamer mes 70 ou 80% des honoraires à cause "des frais de fonctionnement" dont je suis sûr que c’est plus 10-15% que 25%…

- marre des fiches en papier écrites à la main d’une écriture "de médecin" mais que lis-je : "pyélonéphrite" ou "polyomyélite" ? (souvent sans plus de précisions). Marre des logiciels sous-utilisés avec "pyélonéphrite" écrit dans "examen clinique" et "renouv ttt" dans "prescriptions".

- marre des labos qui ont également pris des habitudes dans certains cabinets… non, merci !

BREF, j’en passe… j’adore mon métier, j’ai adoré entrer très progressivement dans la vie active mais je ronge mon frein, j’ai envie dêtre le capitaine de mon navire quoi !

Alors ouais, s’installer, avoir SON cabinet à gérer, SA paperasse, SES patients, SES problèmes, ça me tente bien… quoi qu’on en dise, malgré les histoires de médecins qui se sont installés puis qu’on dû mettre la clé sous la porte, malgré les histoires du "médecin croulant sous la paperasse", en "burn-out", "débordé", "ne gagnant pas assez relativement à son nombre d’années d’études".

Je vais peut-être commencer par un chtit contrat de collaboration cela dit (suis pas fou).


Interactions

5 août 2010

Bon, difficile d’avoir un billet par semaine, je vais devoir céder à la tentation d’envoyer des petits billets "coup de coeur", ça permettra de donner l’impression d’un blog dynamique à défaut de faire un superbe blog relatant mes aventures et mes analyses poussées. (pas le temps en ce moment je remplace… un cabinet de 3 médecins).

Le coup de coeur de la semaine est pour la base médicamenteuse thériaque : j’avais un peu laissé tomber à cause de l’interface de leur site internet que je jugeais peu ergonomique – je trouve leur site toujours aussi laid-  mais en re-faisant un petit tour sur leur site j’ai eu la bonne surprise de trouver ceci : http://www.theriaque.org/AnalyseOrdonnances/home.cfm .  Je propose à tous les patients d’y rentrer leur ordonnance et de voir le résultat ! On va bien rigoler…


Barrière de la langue

6 juillet 2010

Tous les confrères que je connais ont déjà été au moins une fois confronté à l’énorme difficulté que représente l’examen d’un patient étranger (précaire ou non) ne parlant aucune autre langue que sa langue, voire son dialecte (voire son patois).

Hé bien maintenant, plus la peine de tenter le langage des signes pour, par exemple communiquer " Avez-vous déjà fait les tests pour les hépatites" !

Le site TRADUCMED dont je fais la publicité ici (je déclare n’avoir aucun conflit d’intérêt etc…) est tout bonnement et tout bêtement génial : il suffit de cliquer sur une phrase, et elle est lue dans la langue choisie. Et surtout la conversation est structurée suivant le plan d’une consultation lambda. AAAh combien de fois ai-je voulu dire en arabe anglais chinois "Votre examen est normal , il n’est pas nécessaire de faire d’autres examens"…
Allez, aleikum salam



Prescrire, la revue, le site officiel

30 juin 2010

La revue médicale Prescrire, dont la qualité n’est en rien altérée par sa totale absence de conflit d’intérêts avec les milieux de l’industrie pharmaceutique, vient de refondre son site internet qui en avait bien besoin.

Interface plus claire, moteur de recherche, articles en ligne… tout est ICI : http://www.prescrire.org/Fr/SummaryDetail.aspx?Issueid=321

A ce propos la revue est également un organisme de formation continue : moyennant le paiement d’une somme vraiment pas trop élevée, elle fournit un support de documentation ainsi qu’un système de dossiers pédagogiques avec des grilles de questions réponses à retourner.

Par exemple j’ai obtenu la note de 94/100 à la dernière thématique trimestrielle, au sujet des soins aux enfants. (petite vanité)


THAÏS…

19 mai 2010

L’autre jour un patient vient me voir. La cinquantaine, ambulancier, habillé comme tel (avec sa grosse doudoune affichant un caducée dans un astérisque bleu). Petite voix.

"Bonjour docteur, je viens renouveler mon ordonnance". Il a l’air un peu gêné, pas trop. Je suis le remplaçant de son médecin habituel. – Ah, qu’est-ce que vous prenez ?  Et là il marmonne : un patch là… d’œstradiol. Je cache ma surprise : "mais bien sûr…" je tâche de comprendre en essayant de déchiffrer la fiche papier du docteur T.  : "mais pour quelle affection prenez vous donc cela, c’est normalement… enfin je ne comprends pas". Il me répond si, si, je prends ça depuis 20 ans…" "-Mais pourquoi,  euh, pourquoi ? (je cherche dans mes souvenirs de fac les raisons médicales pour lesquelles un homme devrait prendre des hormones féminines, des oestrogènes par voie cutanée)" … Là il ajoute : "pour faire pousser les seins".  – "pardon ?"…Il conclut finalement et très rapidement :  "je pratique le transsexualisme… je ne peux faire l’amour que déguisé en femme".  Ben voilà, c’est pas trop tôt ! C’était pas marqué dans la fiche du docteur T.

Pour info ce médicament a pour nom commercial (entre autres) : THAÏS.  C’est pas une blague. Il est très utilisé dans le "milieu" des transsexuels.

voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Troisi%C3%A8me_sexe#Tha.C3.AFlande


L’insidieux pouvoir des firmes pharmaceutiques

23 avril 2010

Les médecins, dans leur langage quotidien, nomment souvent les firmes pharmaceutiques "les Labos". A tort. Ce serait plus proche de la réalité de les appeler "Vendeurs de Pilules".

Hier en voulant prescrire un bêta-bloquant à un patient hypertendu,  au cabinet du Dr T. que je remplace, j’ai prescrit du NEBILOX© (nébivolol). Je me suis demandé pourquoi avoir pensé à ce nom commercial plutôt qu’un autre, plutôt que prescrire une molécule.

C’est ce matin que j’ai compris. En remplaçant un autre médecin, le Dr Q.  Dr Q est un très bon médecin, notamment il est informatisé (j’y reviendrai), malheureusement son logiciel est en partie financé par l’industrie pharmaceutique. En échange d’une ristourne, il a autorisé le logiciel à remplacer l’écran de veille Windows par… un écran de pub ! Et, ce matin, en arrivant au cabinet, la pub était… pour le NEBILOX !

Moi qui me croyais très fort en ne lisant que les magazines indépendants (en fait il n’y en a qu’un, la revue Prescrire), en refusant les visites des commerciaux (on y reviendra), en allant sur les sites de sociétés médicales qui s’efforcent de rester indépendants (SFMG, FORMINDEP, etc) …je me suis rendu compte qu’on perd facilement la maîtrise totale de ses prescriptions. Cela n’aurait aucune importance s’il s’agissait d’une boisson gazeuse, mais dans mon activité professionnelle c’est l’intérêt des patients qui est en jeu. Or la publicité des "Laboratoires" ne sert que l’intérêt… de leur actionnaires.

Résister à l’insidieux matraquage publicitaire, ce n’est pas aussi facile qu’on le croit. Nous avons l’illusion d’être libres de nos prescriptions.  Le budget marketing des firmes pharmaceutiques explose ces dernières années. Voila comment j’ai prescrit un médicament qui "n’apporte rien de nouveau" si l’on lit les publications scientifiques.


IPhone et consultation

19 avril 2010

Voici une petite histoire illustrant joliment ce qui peut arriver dans la relation médecin-malade quand on pense que tout le monde est geek alors qu’en fait, non.
Tout content de diagnostiquer une varicelle, de noter fièrement la maladie dans le carnet de santé à la case "déjà faite",  j’en étais à trouver le médicament pour éviter que le bout de chou se gratte comme un dément et s’impétiginise. Or voila, trou de mémoire, qu’est ce qu’on donne déjà comme anti-histaminique chez l’enfant ? L’épidémie vient de commencer, je suis remplaçant, j’en vois pas tous les jours moi, bref je me souvenais plus du nom commercial (ah oui en plus je reçois pas les labos ça doit être pour ça). Je savais bien qu’il fallait donner un "anti-histaminique H1". D’habitude je vais sur internet et je trouve le médoc en deux temps trois mouvements, avec la posologie, les contre indications, et tout et tout, et je ne fais ainsi jamais d’erreur.

Malheur pour moi et mes neurones déficients, le médecin que je remplace, appelons-le Dr T., n’est pas informatisé ! Ni une ni deux, je sors mon iphone et je fais une petite recherche sur internet, re-malheur pour moi le réseau "edge" est super-lent, résultat je passe 3 minutes (c’est très long) à chercher comme un blaireau. Finalement je trouve le médicament, le mets sur l’ordonnance, merci c’est 22€ au revoir (ben qu’est ce que j’ai fait pour qu’elle fasse cette tête la dame ? J’ ai pourtant fait le job comme il faut…).
Deux jours, plus tard, la secrétaire-qui-connaît-tout-sur-tout-le-monde me dit : "ben tu sais quoi, Mme Truc, l’autre jour, la varicelle de son fils, ben elle a été voir le pédiatre, la soeur du Dr T, car elle trouvait bizarre que tu passes 5 minutes pendant la consultation à envoyer des SMS !"

Alors chers amis jeunes médecins, si vous vous décarcassez à essayer de trouver une info sur internet en consultation, que ce soit sur votre iphone ou votre Mac (ou pécé), faites le bien savoir de votre patient sinon il croira que vous être encore en train de vous amuser sur internet en sa présence ! Ou pire, que vous imitez votre président de la République.

Vous passerez peut-être pour incompétent (très probablement), mais  certains patients seront rassurés de savoir que leur médecin utilise les technologies de l’information pour trouver la meilleure solution possible à leurs problèmes. Enfin j’espère…


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.